Arles-sur-Tech

 

Arles-sur-Tech, Arles de Tec en catalan, est un village construit le long de la vallée du Tech. Il s’est développé autour de son abbaye bénédictine et de son remarquable cloître gothique.

Arles-sur-Tech est réputé pour ses rousquilles, ses tissages catalans, sa charcuterie de montagne et sa traditionnelle fête de l’Ours. À visiter absolument : les Gorges de La fou c’est un site naturel impressionnant aménagé par des passerelles tout au long du parcours.

photo arles sur tech2 Arles sur Tech

La commune d’Arles-sur-Tech

La commune

Les habitants d’Arles-sur-Tech sont les “Arlésiens”.
Les Saints patrons d’Arles-sur-Tech sont Abdon et Sennen.
Code postal 66150

Mairie d’Arles-sur-Tech
Baills de la Mairie – 66150 Arles-sur-Tech
Tél : 04 68 39 12 22

Festivités à Arles-sur-Tech >>
Annuaire d’Arles-sur-Tech >>
Trouver un hébergement >>
Visite virtuelle d’Arles-sur-Tech >>

 

La géographie

Arles-sur-Tech est traversé par le Riuferrer, la Fou et le Tech.
42° 27′ 27″ Nord – 2° 38′ 04″ Est

Population +/- 2 700 hab

Noms de ses habitans : Arlésiens(es)
Région Languedoc-Roussillon
Département Pyrénées-Orientales 66
Arrondissement Céret
Canton Arles-sur-Tech
Altitude la plus basse 226 m – la plus haute 1 302 m

Superficie 28,82 km²

Communes limitrophes : Amélie-les-Bains, Montalba, Corsavy, Montferrer, Taulis, Montbolo et Saint Laurent de Cerdans.

L’historique

Le monastère, tout d’abord installé dans les murs des anciens thermes romains (actuelle Amélie-les-bains “El Banys d’Arles”), il s’est ensuite transféré après destruction sur l’actuel site d’Arles-sur-Tech.

La ville d’Arles-sur-Tech s’est construite de façon circulaire autour de l’Abbaye (voir plan ci-dessous). Durant l’époque féodale, Arles-sur-Tech fut victime d’épidémies de peste, d’attaques d’ours, de bêtes féroces et des terribles Simiots (monstres à tête de singe). L’abbé partit alors chercher conseil à Rome et revint avec les reliques d’Abdon et Sennen. Dès lors, le village retrouva calme et sérénité (voir la Sainte Tombe).

Si l’abbaye est à l’origine de l’essor économique, c’est en raison des riches mines de fer du Canigou (Mines de Batère, exploitées depuis longtemps), de la production de charbon de bois sur les pentes boisées et, par voie de conséquence, de la libération de vastes pâtures pour l’élevage ovin. Le tissage de la laine est une spécificité ancienne d’Arles et de ses environs.

Au XIXè siècle, la bourgeoisie d’Arles ne reste pas à l’écart de la révolution industrielle et de l’expansion coloniale : le travail du coton remplace celui de la laine (les usines Camo emploient 150 personnes dans les années 20-30). À cette activité il faut ajouter chocolaterie (Cantalou), agriculture forestière et arboriculture (châtaigniers et pommiers), thermalisme, et toujours les forges, jusqu’à ce que la concurrence des mines du Nord entraîne leur fermeture (les mines de Batère ne fermeront qu’en 1987) . Il faut noter que cette expansion économique aurait été impossible sans l’aménagement d’un réseau routier et de voies ferrées (le train arrive à Arles en 1898) mais furent emportées par l’Aïguat en 1940 (très fortes pluies qui entrainent la crue du Tech).

Plan du village


Afficher Carte des villages du Haut Vallespir sur une carte plus grande

Photos d’Arles-sur-Tech

Les sites web et blogues

Sites sur Arles-sur-Tech

Site du village d’Arles-sur-Tech
Office du tourisme

Show Comments

Ajoutez votre activité