Ermitage Sant Guillem de Combret

Sant Guillem de Combret a bataillé avec le dragon du Canigó vers l’an 806, a construit la chapelle qu’il dédie à Marie Madeleine, puis, dans le fer en fusion du Canigó a pétri de ses doigts la cloche en forme de mitre.

Il s’agit d’une cloche en fer constituée de deux plaques modelées par martelage dont la frappe, en légers creux, est à l’origine de la légende de St. Guillem pétrissant de ses doigts le métal en fusion. Précisons que le fer du Canigou est inoxydable car très riche en manganèse, ce qui a valu à  notre objet de parvenir intact malgré neuf siècles à tous vents.

La cloche actuelle : En bronze, datée  1876, elle a été fabriquée à Toulouse par le fondeur PELLEGRIN. Elle est ornée d’une frise de fleurs de lys, de la Vierge d’un côté et du Christ de l’autre. De plus, elle porte le nom de sa

donatrice MARIE VILANOVA ROIG.

La chapelle actuelle de Sant Guillem de Combret (XII°s.) est un agrandissement in situ d’une première chapelle datable de la fin du X°s.

Le domaine a été acquis par la famille Sors-LLau depuis novembre 1799. Les descendants fiers de cet héritage patrimonial se sont donnés pour mission de faire vivre la mémoire de ce lieu.

À l’origine cette chapelle était dédiée à Sainte Marie-Madeleine.

1007 Le comte de Cerdagne Guifred fait don au monastère de Saint Martin du Canigou de l’ermitage confrontant au midi la Cerra de Bacieres.

Reconquête Carolingienne : la cloche en fer date de la fin X° début XI° s.

XII° 1° octobre 1195 l’évêque d’Elne fait donation au monastère d’Arles « de la chapelle Sainte Marie Madeleine et Saint Guillem, sise dans le comté de Besalu, avec ses droits actuels et futurs. On suppose un agrandissement de la chapelle à la fin du XII°.

XVIII Révolution Française, l’ermitage est saisi et vendu au enchère à Prats de Mollo et acquis par Jean Sors de La Llau.

Jusqu’au millieu du XIX° un ermite était gardien du sanctuaire.

Aujourd’hui inscrit aux monuments historiques et inclus dans « Canigó grand site » c’est un lieu incontournable pour les randonneurs, étape citée dans « le tour du Canigó » et « le tour du haut Vallespir.»

L’association « Salvaguarda de Sant Guillem de Combret » fait appel aux donateurs. Il faut refaire le toit en urgence. Depuis 1 000 ans la chapelle médiévale n’a pas connu de restauration.

Show Comments

Ajoutez votre activité